SUITE
PRECEDENT
MENU
1. le Foncier
 

Sur cette carte postale des années 50, on aperçoit très nettement les vignes** du versant sud des côtes de Wisches: la côte du Himberg "Himbari" en patois. On y accédait par le chemin de la "Maria Bockparié" nom patois donné aux propriétaires de la grande maison qui jouxtait le chemin, la sympathique famille Bocksberger On peut voir à mi-hauteur "le réservoir d'eau" du Netzenbach, quartier relevant à cette époque de la commune de Lutzelhouse.
 
Le quartier du Netzenbach qui monte vers "la Baissotte": Bassotte qui accueillait un chalet d'une association de Strasbourg, chaque été, à cet endroit, un bal champêtre rassemblait la jeunesse du village et au cours duquel beaucoup de couples se sont rencontrés. C'est là aussi, qu'adolescents de Wisches et de Lutzelhouse s'affrontaient lors de batailles rangées mémorables.
 
Le quartier du "pélson" n'existait pas, cette petite vallée, arrosée par le Netzenbach, était couverte de prairies et menait au "klein Wisch" par les carrières. C'est par là que les enfants des écoles montaient le petit chemin des "trois clous" pour aller cueillir "les brimbelles" dès le mois de juillet.
 
Les vergers du "counio" bordés par le "rh'ein de la mésèle", le ravin de la mésange qui se transformait en hiver en piste de "schlitts". A noter également que ce chemin était le champ de bataille des "guerres" entre les enfants du "counio" et de la "gosse".
Photo coll. A. Kientzler
A l'époque où Wisches vivait d'agriculture...
4
 
Sur la photo de droite on aperçoit les prairies qui jouxtaient la nationale 392, la Chamatte" chamotte en patois. Elles allaient jusqu'à Hersbach .
On peut voir les quatre baraques en bois (toits blancs) construites "en urgence" en 1946, pour accueillir les émigrés italiens... qui fuyaient leur pays dévasté par la guerre.
La maison de la famille Stenzel, en bord de Bruche  et à côté de l'ancien terrain de foot-ball.
 
Un effort d'attention permet d'entrevoir les wagonnets de la Socarvo qui alimentaient en roches une usine de concassage depuis les carrières de Schwartzbach.
2
3
 

Les prés occupaient une grande surface du ban de la commune: chaque Wischois avait au minimum une chèvre et des lapins.... pour le reste on comptait beaucoup de vaches et de chevaux.
 
Ces prairies représentaient les réserves de fourrage.
Photos collection Anne Marie Brocheny - Guy
5
** Hubert Werlé me signale, non sans humour, que les anciens disaient du vin issu de ces vignes "le hybride" en patois, qu'il ne fallait en aucun cas en laisser tomber une goutte sur les chaussures au risque de trouer le cuir.
 
Je remercie Danielle Wissembach pour son aide à la rédaction de cet article.
1
La famille Schaller du restaurant « zum Goldenen Adler » en pleine fenaison sur l'emplacement de la future salle des fêtes et du terrain de sports;
                                                                                                     Photo F. Guéry in l'Essor 150 mars 1991
Ces deux autres vues laissent deviner les immenses prairies et champs cultivés le long de la Bruche, là où de nos jours prospère la zone industielle.
C'était le grenier à foin du village, on y trouvait également quelques vergers de pommiers et de poiriers, ainsi que de nombreux ruchers.
 
A noter que pendant longtemps le terrain de foot-ball attirait les sportifs du dimanche le long de la route qui mène à Schwartzbach.
 
On aperçoit aussi la carrière au dessus de Schwartzbach qui alimentait la société SOCARVO installée en face des scieries Hugues. La roche était acheminée par wagonnets sur téléphérique.
Hersbach - Wisches Hier et Aujourd'hui
Cette vue de Wisches prise dans les années 1905 illustre bien l'importance du domaine agricole:
-   1. on distingue les cultures en plateau de "la Knoue", la "schnouffel" actuellement le "Beau Site"
-   2. les champs et herbages du "Poté d'tiér", le trou de terre, réserve de terre glaise avant 1900 puis endroit où l'on enterrait les animaux crevés.
-   3. les vignes de "la Coucherie"
-   4. les "Parcours" où le pâtre du village, le "hodé" emmenait les chèvres et autres bestiaux.
-   5. la Chamotte, couverte de champs et de prairies
Photo Alain Huber dit le Favotte
Wisches 1918... la moindre surface est cultivée. Aucune petite industrie, sauf quelques petites scieries, pour le reste Wisches vivait de son agriculture.
Scène de labour à Wisches dans les années 40
Devant l'église, à l'extrème gauche, on remarque un gand stockeur à eau servant à remplir le réservoir des machines à vapeur....
les laboureurs sont : Paul Holveck (le père de Michel et Jean-Paul) et Marie Holveck-Docremont
(photo envoyée par not'Favotte, que tout bon wischois qui se respecte saura reconnaître).
 
Rendons à César ce qui appartient à César...
Note de Monsieur Gérard Fersing "... J'ai trouvé sur votre cite deux photos provenant de la famille Fersing.
L'une montrant une scène de labour devant la gare (photo prise par Steinglin) avec Holveck Paul et Marie Holveck- Docremont....Ces photos n'ont rien a voir avec vot'Favotte. Elles ont été aimablement prêtées à ....Vogenhauer, mon prof ....par Gérard FERSING qui a encore les photos originales sous le coude......Steinglin a fait trois photos de cette scène. Celle que vous avez fait paraître est celle qu'il n'a pas apprécié du tout....les personnages ont été photographiés à l'arrêt. Les autres photos ont été faites plus tard, avec d'autres habits et sous un autre angle.
Vue générale du "Wisches" des années 60
 
Le paysage est essentiellement agricole...
On aperçoit les champs, jardins, vignes, vergers... au fond de la vallée du Netzenbach, la carrière du "Klein Wisches" encore exploitée.
Les "parcours" en haut de la "gosse" sont  vierges de forêts. C'est là où le pâtre du village, le "hodé", allait faire paître les troupeaux de chèvres du village.
La carrière de Schwartzbach en 1959, elle alimentaitait encore par wagonnets l'unité de concassage SOCARVO située en bordure des voies de chemin de fer entre Wisches et Hersbach...
les activités cessèrent en 1960.
 Dans les années 1900, la côte du Netzenbach, le Himberg appelé le "himbari" en patois était couverte de vignes...
Les prés côté "haut bout" .